English 

Accueil Association Nos ancêtres Généalogie Bulletin Rassemblements Boutique Devenir membre Avis de décès Plan du site Aide Nous joindre
flickr       Contactez-nous  Liens utiles  
Armoiries des Labrecque Association des Labrecque

Généalogie : Des Labrecque d'exception

Jacques Labrecque (1917-1995)


Jacques Labrecque est né le 8 juin 1917 à Saint-Benoît, Deux-Montagnes. Il est le fils de Charles Labrecque, cultivateur, et de Berthe Rhéaume.

À deux ans, sa famille déménage à Montréal. Fin des années 1920 à la fin des années 1930, l’étude de l’art vocal, du solfège, de la théorie musicale, de l’harmonie et de la dictée musicale se font auprès de professeurs privés. Il développe une formation à la fois classique et traditionnelle.

En 1934, à l'âge de 17 ans, Jacques Labrecque débuta avec succès comme ténor et interprète de chansons à des émissions comme « Le Réveil rural » à la radio de Radio-Canada. À la fin des années 1930, il chante aux « Variétés lyriques » de Montréal.

À 29 ans, il signe un contrat de trois ans avec la National Concerts and Artists de New York et entreprend une tournée en Acadie.

En 1951, il poursuit sa carrière d'interprète de la chanson traditionnelle canadienne en Europe. Il enregistre des disques à Londres avec la compagnie DECCA et présente un tour de chant à Paris en 1952. À cette période, il puise son répertoire folklorique à la source même des archives des folkloristes comme Marius Barbeau. Il vise entre autres à populariser le répertoire de la chanson canadienne française.

Après un séjour de six années en Europe, Jacques Labrecque rentre au pays en 1956.

À son retour à Montréal, il connaît son premier succès avec la chanson « La Parenté »de Jean-Paul Filion (1957). En plus de chansons folkloriques traditionnelles, Jacques Labrecque incorpore à son répertoire des oeuvres de jeunes auteurs qu'il révèle au public, notamment Tex Lecor « Le grand Jos », Lawrence Lepage « Kino le trappeur"» et Gilles Vigneault « Jos Hébert ».

Jacques Labrecque fait scandale en enregistrant les chansons « Monsieur Guindon » (de Jean-Paul Filion) et « Jos Montferrand » (de Gilles Vigneault) qui sont bannies des ondes radiophoniques pour leur langage vert.

À l'hiver 1960, il entreprend une randonnée en carriole, tirée par des chevaux, de plus de 300 milles à partir de Montréal. Longeant le fleuve, sa destination est celle du Carnaval de Québec. Il répète cette randonnée pittoresque pendant trois années consécutives pour la même occasion.

Dans les années 1980, il devient producteur d'albums et dirige les Éditions et Disques Patrimoine dont la collection « Géographie sonore du Québec », une anthologie des chansons traditionnelles recueillies par les folkloristes. Dans Charlevoix, Jacques Labrecque organise et anime des « Veillées de contes » tout en étant directeur de la Galerie du Patrimoine qui expose des œuvres de la région. Passionné par la chanson et la musique traditionnelle, Jacques Labrecque a consacré sa vie à la diffusion du patrimoine canadien d'abord comme interprète puis, comme producteur et éditeur.

Il décède en 1995 à l'âge de 77 ans, et aujourd'hui on compte une vingtaine de titres dont plusieurs compilations de ses meilleurs succès.

Source : Histoire de l'encyclopédie canadienne;
Généalogie : Les Labrecque tous réunis - CD de la généalogie des Labrecque


Membre de la Fédéйration des associations de familles du Québec Membre de la Fédération des associations de familles du Québec (FAFQ)
Site hébergé par FAFQ
Nombre de visiteurs :